Révélations sur le fondateur de l'Institut du Hip-Hop

11 juillet 2023 par
Révélations sur le fondateur de l'Institut du Hip-Hop
Nation Hip-Hop

Image du Musée du Hip-Hop dans le métavers du programme des ateliers ''HOP EN CLASSE !''.


L'histoire de l'Institut du Hip-Hop débute par la vision de son fondateur, qui a constaté le besoin criant de préserver, de promouvoir, de célébrer la richesse de la culture Hip-Hop au sein de la communauté et des origines africaine dans la culture Hip-Hop. Conscient du rôle puissant que joue le Hip-Hop dans la vie de nombreux jeunes, il a entrepris de créer un lieu d'échanges, d'apprentissage et d'inspiration.

Dans les années 2000, Dany Tétreault était co-propriétaire d’une maison de disque au nom d’Ukase, il est l’ancien propriétaire des Productions Double N (Double N Prod).

Dany et 3 acolytes ont été les artisans du plus gros festival de Rap francophone underground en Amérique du Nord en 2010 avec plus de 165 artistes et leurs invités.  Des talents tels que Freeman, Manu Militari, Sp de Sans Pression, et bien d'autres, ont marqué de leur présence le sol du Camping O'Cascades de Rawdon lors de la Fête Nationale du Mc en 2010. Cet événement s'est déployé sur une période de trois jours, proposant des forfaits alliant hébergement et spectacles en format VIP. À ce jour, il demeure le plus grand festival de rap underground francophone de la culture Hip-Hop en Amérique.



Ukase n'est pas inconnu, ce que GLD mentionne illustre bien la réalité de Dany:

Vous ne les voyez pas nécessairement, mais ils contribuent énormément à la culture Hip-Hop québécoise.



Vous pouvez apercevoir dans la vidéo ci-dessous Dany Tétreault, également connu sous le nom de Dway, dans l'une des rares vidéos encore existantes le montrant en pleine performance sur scène devant des centaines de personnes, scandant ses paroles avec passion.

Dans l’ombre comme toujours, il a fortement contribué directement au succès des projet tels que :


Dany n'est pas un novice dans le monde de la culture Hip-Hop, découvrez son entrevue lors du lancement d'Ukase en 2012 diffusée sur Fouzoradio.


Il est une personne qui préfère rester en retrait, évitant l'exposition publique. Pourtant, il a joué un rôle essentiel dans la mise en place de la structure du projet "DANS TA PIAULE" en collaboration avec KC LMNOP et Monet Média. Notamment, vous pouvez apercevoir un aperçu des premières images qui n'ont jamais vu le jour, même si le premier épisode avait été tourné avec Manu Militari et que Dany possède encore à ce jour des images inédites.

Il est à noter que Musique Plus a refusé le projet à l'époque, alors qu'ils étaient en déclin et devaient réduire leurs investissements dans des projets culturels, dont "Dans ta Piaule". Ce projet est désormais la propriété de Dany, témoignant de la persévérance et de la récupération de projets culturels qui ont trouvé un nouvel élan au sein de cette nouvelle institution. Dany affirme avec assurance que désormais, il ne pourra plus rester dans l'ombre comme à l’époque.




En 2014, à la suite d’un accident aux conséquences graves, Dany a dû pratiquement réapprendre à marcher. Incapable de poursuivre sa carrière dans son domaine d'origine, il est retourné à l'école. Après sa réhabilitation, il a repris ses études du secondaire 1 au secondaire 5 avec un programme de mathématiques enrichi. Pendant cette période, dans l’anonymat de son passé de MC et de producteur en côtoyant des artistes émergents de Montréal-Nord à l'école des adultes Louis-Fréchette, Dany a ressenti le désir de se replonger dans l'industrie artistique, un aspect de sa vie qui lui avait manqué pendant son isolement forcé.

En 2020, alors qu'il étudiait le droit, Dany a découvert que son contrat de distribution avec Believe Canada était toujours en vigueur. Il a alors contacté Shapeshifta, son frère de vie, un artiste méconnu et talentueux d'origine haïtienne du Nord de la ville. Shapeshifta, un artiste underground exceptionnel, possédait une chanson inédite créée par l'unique Sony Black qui avait jamais été mise en vente.

Après des discussions, ils ont tous convenu qu'il était nécessaire de publier cette chanson. Ainsi, le 8 décembre 2021, Dany a publié la chanson "Hey come on" de Shapeshifta, en collaboration avec TaiZa, sous le nom de L'INSTITUT DU HIP-HOP DE MONTRÉAL, officialisant ainsi son retour dans l'industrie. Bien que l'objectif initial fût de vérifier la possibilité de distribution, la sortie de la chanson a marqué son retour tant attendu. Il a complété sa technique juridique et a décidé de se lancer dans ce projet monstre d’une vie.



Il a ainsi décidé après mures réflexion qu’il allait ouvrir un organisme a but non lucratif offrant ainsi à tous une plate-forme pour affiner leurs compétences et découvrir une culture enrichissante.

L'ouverture imminente de l'Institut du Hip-Hop est accueillie favorablement par les pionniers de la culture Hip-Hop tel qu'avancé par la légende Cut Killer questionné à ce sujet lors d'une entrevue avec Dany au mois d'octobre dernier, qui voit en cette nouvelle institution un espace de rassemblement, de partage et de développement artistique.

Interrogé sur la raison pour laquelle l'Institut n'est pas encore ouvert, il a répondu de manière claire et concise :

 "Dans l'Institut, j'ai créé plus de six compagnies en une, dirigées par une entité et des comités exécutifs. La mise en œuvre est difficile lorsque c'est juste une idée dans ta tête, mais une fois que le projet est réalisé, même si tu n'es pas connu comme Eminem, laisse-moi te dire que c'est beaucoup plus facile d'approcher des gens et de leur parler. J’ai réussi à tout automatisé ensemble.

Sans être prêt, j'ai commis l'erreur de parler prématurément de mon projet à des artistes que j'apprécie artistiquement, notamment à un en particulier et il va se reconnaitre (gros big up buddy). Lorsque je lui ai parlé, il s'agissait d'un temple de la renommée, et aujourd'hui, un an plus tard, l'Institut du Hip-Hop est devenu une institution mondiale capable de promouvoir et distribuer n'importe quel artiste dans le monde. Un média qui a généré plus de 125 articles avec des événements d'artistes internationaux en seulement cinq mois, y compris la création de la première université du Hip-Hop interactive au monde.

J'ai élaboré la structure administrative pour le Musée du Hip-Hop du Canada. J'ai pris l'initiative de contacter personnellement le Musée du Hip-Hop à New York, et au cours de mes échanges avec Adam dans les derniers mois, nous avons sérieusement envisagé la possibilité d'un échange de collections entre nos deux musées dès l'inauguration du Musée du Hip-Hop dans le Centre Culturel International du Hip-Hop à Montréal, de l'Institut.

Actuellement, l'unique étape légale qui demeure pour concrétiser la création du musée est la collecte des artefacts essentiels. Nous avons l'intention de lancer des campagnes spécifiques à ce sujet lors de nos prochaines apparitions médiatiques, qui auront lieu très prochainement. 

La municipalité de Montréal ainsi que le bureau de la Ministre responsable de la Solidarité sociale et de l'Action communautaire ont été informés du dossier et sont déjà attentifs à son évolution.

Lors de mes discussions avec les responsables du musée de New York, ils m'ont clairement indiqué que l'acquisition d'artefacts est une tâche ardue et que cela leur avait pris plusieurs années pour constituer leur collection. Ils reconnaissent avoir eu de la chance, étant donné que leur population et leur budget diffèrent des nôtres. Comme ils l'ont souligné, le rôle des gouvernements est crucial dans la préservation et la concrétisation de projets majeurs de cette envergure.

J'ai agi en coulisses pour tout mettre en place, et bien que certains puissent se plaindre, excusez l'expression, il est grand temps que les choses évoluent. Les gens critiquent parce que rien n'a été fait pour eux. Pourtant, nous avons maintenant une structure représentative, de manière objective, qui embrasse la culture Hip-Hop dans son ensemble. Le lancement est imminent, et même si je dois entreprendre cette étape seul dans un premier temps, je suis convaincu que, par la suite, les gens se joindront à l'effort. Il est fréquent que, une fois le succès atteint, les individus se mobilisent pour accomplir les tâches qu'ils avaient initialement refusées. C'est ainsi que les actions aboutissent, et je suis prêt à conduire ce projet jusqu'à son aboutissement, même si cela signifie un début en solitaire.

De plus, je souhaite souligner que je propose un service de distribution pour les artistes, leur offrant 100% de leurs redevances gratuitement. J'ai également mis en place un programme Hop en Classe ! pour lequel j'ai sollicité 450 000 $ aux trois paliers gouvernementaux lors d'une rencontre à l'Hôtel de Ville de Montréal. La ville a accueilli favorablement une présentation du programme, et ils ont exprimé leur intérêt à assister en tant qu'observateurs, avec la participation d’un membre du conseil exécutif de la culture à Montréal, madame Alneus. Bien que le projet Hop en Classe ! n'ait pas encore démarré en raison d'une grève généralisée au Québec, nous travaillons activement pour résoudre la situation afin que le programme puisse être fonctionnel prochainement."


Sans aucune prétention, en observant la structure complète de l'Institut du Hip-Hop, on pourrait aisément penser que c'est une entreprise trop vaste pour qu'une seule personne puisse en assurer la gestion intégrale. Cependant, lorsque l'on examine les faits accomplis, il est indéniable que Dany Tétreault a réussi à concrétiser des initiatives majeures. Il a créé avec succès la première Université du Hip-Hop interactive au monde, assuré la constance de l'équipe médiatique Nation Hip-Hop, et élaboré un programme Hop en Classe ! qui est sérieusement bien conçu grâce à la collaboration avec des professeurs.

Il est essentiel de souligner que la discussion ne se limite pas à la programmation, mais englobe l'ensemble de la logistique du projet, incluant la distribution gratuite et le service d'accompagnement pour la rédaction contractuelle artistique. Ces réalisations mettent en lumière la capacité de Dany Tétreault à gérer de manière efficace un projet d'une envergure aussi significative.

Dany tient à souligner que toute personne se sentant en mesure de contribuer au succès de cette nouvelle ère peut le contacter via le site internet ou les réseaux sociaux de l'Institut.

Beaucoup de belle perspective à venir pour la culture Hip-Hop au Québec.

À suivre….

 


 


Révélations sur le fondateur de l'Institut du Hip-Hop
Nation Hip-Hop 11 juillet 2023
Étiquettes