Le gouvernement a-t-il peur du Hip-Hop ?

19 mai 2024 par
Dany Tétreault/Fondateur


Montréal, 19 mai 2024 - L’organisme à but non lucratif Institut du Hip-Hop, annonce une restructuration majeure pour son avenir. Cette transformation implique une transition dans sa forme juridique vers le statut de société par actions, conformément aux lois en vigueurs.

Pourquoi les artisans de la culture Hip-Hop se contentent de miettes alors que la table est mise et les convives prêts à festoyer ?

Pourquoi sacrifier ses propres ressources personnelles dans un organisme à but non lucratif pour les voir englouties par des individus insensibles à leur indifférence ? (Je ne fais pas référence aux personnes qui ont réellement contribué et participé activement au sein de l'organisme. Eux, seront dans mon cœur toute la vie quoi qu’il est arrivé ou quoi qu’il arrivera)

Pourquoi cette lutte incessante pour obtenir une reconnaissance de l'industrie dans un monde qui nous méprisent à voix basse ?

Ces interrogations s'amoncellent, témoignant des obstacles rencontrés par ceux qui œuvrent pour faire avancer la culture Hip-Hop dans un monde souvent réticent à en reconnaître la valeur. En ce sens, un avis public, conforme à la législation en vigueur, sera effectué pour compléter la radiation de l’organisme.

En tant que président, je souhaite faire preuve d'une transparence totale et démocratiser l'accès aux connaissances. C'est pourquoi j'annonce que la moitié des projets de l'Institut seront prochainement disponibles en téléchargement gratuit sur ce site web.

Cette initiative permettra au grand public de bénéficier d'une riche bibliothèque de ressources, comprenant notamment les plans stratégiques et de gestion pour un Gala Hip-Hop, un Sommet International sur le Hip-Hop, ainsi que la structure complète des ateliers du programme "Hop en Classe !".

L'organisme adoptera une stratégie hydride pour mener à bien ses différents projets. Certaines initiatives seront réalisées en interne, mobilisant les ressources et l'expertise propres à la structure. Parallèlement, d'autres divisions  et/ou projets seront confiés à ceux déjà impliqués, à des sociétés externes existantes ou à des personnes indépendantes compétentes, qui prendront alors en charge leur exécution.

Cette transition vers une structure par action offre à l’organisme une opportunité unique de s'aligner sur ses ambitions internationales à long terme tout en respectant les réglementations en vigueur pour les sociétés par actions au Canada et ailleurs. En adhérant et en s’orientant administrativement et juridiquement dès le départ aux normes du marché financier TSX, l'Institut, qui aura un nouveau nom et qui sera désormais sous la forme d'une société par actions, bénéficiera d'une flexibilité inédite, une latitude dont aucune autre entreprise issue de la culture Hip-Hop au Québec, ne dispose actuellement.

Cette nouvelle entreprise adoptera un modèle de financement entièrement privé, sans recours à des fonds publics. Son capital sera divisé en neuf catégories d'actions distinctes, chacune conférant des avantages compétitifs uniques à ses détenteurs. Cette approche novatrice vise à stimuler l'engagement des investisseurs, à équilibrer et à favoriser une concurrence saine au sein même de la structure actionnariale.

Après de nombreuses rencontres avec les représentants des différents paliers de gouvernement au cours des derniers mois, un constat s'impose : en raison de compressions budgétaires des dernières années et d'un intérêt limité du gouvernement pour la culture Hip-Hop dans son ensemble à l'échelle nationale, le soutien des gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux demeure largement insuffisant.

L'indifférence des autorités publiques envers le Hip-Hop n'est malheureusement pas un phénomène récent. Elle a persisté depuis trop longtemps, contribuant à fragmenter la communauté des artistes et des acteurs de ce mouvement culturel. Cette négligence a gangrené l'industrie, alimentant une désorganisation généralisée au sein de l'écosystème Hip-Hop, et a permis aux acteurs principaux de dominer le paysage à leur avantage, il suffit de siéger sur un des conseils d’administrations et vous comprendrez ce que je veux dire.

Il est tout aussi crucial de souligner que les récents projets d'envergure, financés par les divers niveaux de gouvernement, n'ont pas toujours été des exemples de réussite en termes d'organisation administrative, entraînant ainsi des conséquences néfastes réelles. Il est possible que certains projets qui auraient déjà dû normalement être renouvelés depuis un certain temps soient encore en cours de négociation pour un renouvellement partiel à court terme, sans contrat à long terme, en raison de ces difficultés rencontrées, mais personnes en parlent.

Cette situation entrave dans les faits d'autres projets qui n'ont aucun lien avec ceux mentionnés, même si le milieu est restreint et que ses membres se connaissent, que ce soit de vue, de nom ou d'implication. Les décideurs ont négligé le fait que les projets ne sont pas forcément gérés par la même entité.

Pourtant, le domaine du Hip-Hop demeure encore relativement nouveau pour eux (mais pas pour nous), et il suffit d'un brin de négativité pour que la réalité nous rattrape et entrave la réalisation de projets d'envergure.

Les impacts réels de cette situation sur le développement de la culture Hip-Hop au Québec sont indéniables. Ce manque de considération a non seulement creusé un retard significatif, mais continue également à le faire, par rapport à l'évolution sociétale dans le reste du monde au sein de cette culture.

 

Les offrent rejetées du gouvernement !

À la suite de multiples réunions avec les représentants du Ministère de l'Éducation, Ministère de la Culture et des Communications, j'ai refusé des subventions partielles qui n'offraient pas une autonomie indépendante conformément aux principes énoncés dans la charte de l’organisme.

J'ai fermement exprimé mon refus à certains critères pour obtenir du financement. 

J'ai préféré renoncer à des milliers de dollars de subvention plutôt que de compromettre l'intégrité culturelle en acceptant des fonds qui auraient imposé des limitations sur nos actions et nos paroles.

La décision audacieuse que j’ai dû prendre souligne l'engagement inébranlable de l'organisme envers la préservation et la promotion authentique de la culture Hip-Hop.

En réponse à cette crise systémique institutionnalisée, l’organisme a décidé de restructurer sa forme juridique pour s'affranchir des contraintes imposées par l’esclavage blanchâtre des gouvernements, et de tracer son propre chemin vers la réussite et l’atteinte de ses objectifs au sein de la communauté.

Cette transition vers le statut de société par actions n'est pas simplement un changement administratif, mais une affirmation de notre indépendance et de notre capacité à façonner notre propre destin sans qu’émender.

Administrativement, il y existe une grande différence de gestion entre une société par action et un organisme a but non lucratif.

Nous reconnaissons les défis auxquels l’organisme a été confronté. L'indifférence des autorités publiques, les offres de subventions insuffisantes pour l’ampleur de l’impact social à long terme et les obstacles administratifs d’un organisme à but non lucratif ont entravé notre progression.

En devenant une société par actions, nous ouvrons de nouvelles portes. Nous offrons aux actionnaires la possibilité de participer à 100 % dans cette aventure, de contribuer à notre croissance et de partager un succès commun.

Je suis convaincu que cette nouvelle structure organisationnelle sera un véritable tremplin pour concrétiser une vision sur le long terme. Son agencement permettra d'atteindre aisément une réelle autonomie décisionnelle.

L’organisme entame une nouvelle ère, marquée par la croissance, l'innovation technologique et la réussite. Je tiens à exprimer ma gratitude envers tous ceux qui nous ont soutenus depuis le début, ainsi que ceux qui ne l'ont pas fait. Merci.

Les plans à venir des divisions de l'Institut seront dévoilés plus tard.

Restez à l’affût, certaines activités reprendront sous peu !

 

Dany Tétreault

Président, fondateur

 


dans Canada
Dany Tétreault/Fondateur 19 mai 2024
Étiquettes